Le Revue de presse

Ce mois-ci, le blog a parcouru et feuilleté les pages les plus pertinentes issues de la presse.

Protestations dans le monde

En ce moment dans la Revue de Presse


déjà Un an que le Covid-19 continue sa course dans le monde. L’apparition de son variant depuis fin décembre 2020 n’a pas arrangé la situation. Avant et après le confinement, une série de protestations a émergé dans les quatre coins du globe. La faute peut-être à des politiques laissées en stand-by voire à des mesures restrictives inédites, à défaut d’accords entre les diplomaties à l’international.

@Instagram

@sources AFP et Reuters

Note : 5 sur 5.

Pro du doute 

@Causette

Le magazine Causette du 21 janvier 2021 titre en couverture le syndrome de l’imposture. Causette y consacre un article sur le sentiment d’illégitimité au travail. Certaines personnes avoueraient se remettre en question par rapport à leur emploi, pourtant bien haut placé. Sur le plan psychologique et social, les hommes et les femmes se retrouveraient sur un même pied d’égalité et le doute plane quant à leurs véritables compétences. Même si la gent féminine culpabiliserait davantage. La raison? Les diktats liés à l’enfance, à l’enseignement et à l’éducation. 

Ça presse

Cette année marquera les 140 ans de la loi sur la liberté de la presse. En septembre dernier, plusieurs médias français signaient la lettre ouverte publiée dans le journal satirique Charlie Hebdo pour dire : « Ensemble, défendons la liberté ». Le constat en matière de liberté d’expression reste controversé dans le monde. Du moins, encore dans quelques pays où le journalisme est difficile à exercer. La revue l’Éléphant du 11 janvier 2021 montre une carte à ce sujet. Une crise à la fois technologique, numérique démocratique et sanitaire (à cause du Covid-19) se reflète avec évidence.

Le bras de fer

@L’Express

L’Australie envisage de faire passer un projet de loi qui consiste à rémunérer les médias pour la reprise des contenus. La première cible dans cette loi vise les géants Facebook et Google. Selon le média en ligne l’Expansion de L’Express, du côté du réseau social de Mark Zukenberg, il s’agit d’un autre son de cloche car celui-ci avait bloqué pour un temps la publication de liens sur le fil d’actualité. Du coup, les internautes australiens ne pouvaient donc ni lire les articles des médias ni les partager. Chez Google, cette option était aussi décidée au départ mais elle n’a pas abouti. Par conséquent, cette histoire aurait-elle été un bref épisode d’une censure financière?

Les mots et les torts 

Jacques Rancière a accordé un entretien au magazine les Inrocks du 16 février 2021. À l’issue de la sortie de son dernier livre Les mots et les torts, le philosophe initie un dialogue avec Javier Bassas, professeur à l’université de Barcelone. Jacques Rancière aborde le phénomène des soulèvements des peuples dans la rue, comme un dissensus pour maintenir un principe d’égalité « En politique, le combat des opprimés a emprunté aux maîtres leurs mots et détourné leur sens pour briser le consensus, c’est-à-dire que le rapport entre les choses et les mots compose le paysage sensible de la domination. Cette puissance des mots défait un ordre établi et subvertit le paysage normal du visible. »

@La fabrique
@Les inrocks

Il fait alors référence à des représentations démocratiques et artistiques lors des manifestations. D’après lui, c’est un processus d’émancipation qui permet de faire tomber les barrières du langage. Jacques Rancière est à l’origine de réflexions autour des exclus du discours, murés dans le silence, entre les prolétaires, les pauvres, les femmes et les minorités. 

@Les inroks

Note : 5 sur 5.

NB: les articles et vidéos sont à lire directement chez les groupes de presse indiqués et non sur le blog.

Publié par Tendances

Journaliste, j'ai fait mes débuts comme iconographe de mode pour un célèbre magazine français. Formée à la Condé Nast College, je souhaite vous faire partager des articles, des interviews et des reportages sur les tendances actuelles.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.